Skip to main content

Program Notes: The Master and the Prodigy

Concert Program

Franz Joseph Haydn (1732 – 1809)
Symphony No.83 in G minor (La poule)
I. Allegro spiritoso
II. Andante
III. Menuet: Allegretto
IV. Vivace
Felix Mendelssohn (1809 – 1847)
Symphony No.1 in C minor, op.11
I. Allegro di molto
II. Andante
III. Menuetto: Allegro molto
IV. Allegro con fuoco

Program Notes

JOSEPH HAYDN
Born in Rohrau, Lower Austria, March 31, 1732; died in Vienna, May 31, 1809
Symphony No. No. 83 in G minor (‘The Hen ‘) (1785-6)

Few could have predicted the central position the symphony was to occupy in Western art when Haydn began composing symphonies in 1759.  At the time, there was little to distinguish the symphony from the operatic overture or prelude; indeed, the two were often interchangeable.  Yet just a quarter of a century later, Mozart had already contributed many of his masterpieces to the genre and Haydn was about to put pen to paper and compose a set of six symphonies for Paris.  The classical symphony had become central to instrumental music and Haydn was its most famous living exponent, renowned throughout Europe.  While Haydn himself never visited Paris, Paris knew numerous Haydn symphonies – and many more that were sold, falsely, under his name by publication pirates.  In 1784 or 5, six new symphonies were commissioned by Parisian aristocrat, Count d’Ogny, for a concert series founded by a leading group of liberal freemasons.  Their Concert de la Loge Olympique was a prestigious, wealthy organisation with 40 violins and 10 double basses at the time, three times the size of the orchestra that Haydn had at Esterháza.  They performed in bright blue coats, with swords at their side.  The fee offered for the prestige of having a new set of symphonies from the famous composer was unprecedented.

The society offered Haydn 25 louis d’or for each of the six symphonies, five times the amount they usually paid for a symphony, plus five more gold coins for publication rights.  This was calculated (a quarter of a century ago) to be the equivalent of $60,000 per symphony.  This – together with Haydn’s well-paid concerts in London a few years later – was about as good as it got for the modest, hardworking composer, whose day job was Kapellmeister to the aristocratic Esterházy household.

The Symphony No. 83, in G minor, (‘La poule’) was the first of the six ‘Paris’ symphonies when printed by the Parisian publisher Imbault, following their début during the 1787 concert season.  The symphony opens with a sequence of urgent, attention-grabbing statements punctuated by dramatic silences.  At the same time, Haydn introduces key musical elements that will go into building the movement: a four-note motif, followed by an almost aggressive, dotted rhythmic pattern, in particular.  In complete contrast, the traditional second theme of a symphony’s opening movement is here playful and comedic, something that could almost have been drawn from a light-hearted opera buffa of the day.  Its dancing violin melody, garlanded with grace notes, is accompanied by an obstinate repeated-note clucking from the oboe – giving the symphony, to 19th century Parisian ears at least, its nickname.  All these musical ideas are given a vigorous workout, turned upside down and heard in invertible counterpoint as Haydn continues to develop the music, and eventually steer it towards the major key.  The spacious slow movement which follows also has the sonata form structure of the first movement and some of its leisurely material casts new light on ideas from the first.  The minuet and trio turn courtly grace into rustic humour, breathing the air of a country Ländler.  The finale returns to the sonata form structure, but now with virtuoso bravado and only one theme.  In spirit Haydn delivers a vivacious gigue, with its humour and momentum coming from swift, unexpected switches of key and, towards the end, a parody of the sudden silences which built the dramatic tension of the first movement.

Despite an awkward nickname, ‘The Hen’ is one of Haydn’s finest symphonies.  The young composer Luigi Cherubini was among the performers who immediately embraced the work and commented on the enthusiasm of both the audience and critics after its Paris première.

FELIX MENDELSSOHN
Born in Hamburg, Germany, February 3, 1809; died in Leipzig, November 4, 1847
Symphony No. 1, in C minor, Op. 11 (1824)

The C minor is one of only three symphonies that Mendelssohn allowed to be published in his lifetime.  It was not, however, the first that that its 15-year-old composer had written.  During the years 1821-3, the precocious, industrious young musician had served an apprenticeship with a series of 12 string sinfonias, as they are usually termed today, in which he systematically works his way through 18th century Baroque and Classical models towards independent musical creativity.  These sinfonias, intended for performance in the family’s Sunday afternoon concerts in Berlin, were just one part of an astounding 100 plus early compositions in just about every genre imaginable, including opera.  Felix and his sister Fanny, were described by their teacher Carl Zelter in a letter to his friend Goethe, as being “like diligent bees gathering honey.”  Goethe had already placed the heavy burden of being Mozart’s successor around Mendelssohn’s neck.  To biographer and scholar R. Larry Todd, Mendelssohn’s early sinfonias and other works “reveal a musical diary of a prodigy comparable to precious few European composers.”

Mendelssohn initially viewed the C minor Symphony as a continuation of the early sinfonias.  Its autograph manuscript bears the number XIII and the work is, in many ways, Mendelssohn’s entry into the music of his own time, via the symphonic framework established by Haydn, the symphonies of Mozart and early Beethoven, together with the music of Weber.  From each, the young Mendelssohn drew symphonic techniques that he was able to incorporate into a convincing whole.  The C minor symphony was composed before his true genius shone for all to witness with the Octet and the overture to A Midsummer Night’s Dream.  Mendelssohn’s use of the key of C minor is not the urgent, tragic key of Beethoven’s C minor, but more the means towards an exuberantly driving opening movement, full of fiery gestures, rising arpeggios and busy scales.  A chorale from the winds leads to a broadly lyrical, somewhat operatic second theme.  Mendelssohn continues to deftly explore the wealth of ideas he has generated, culminating in a highly inventive, experimental coda, heralded by long held notes from the horns and the wind chorale.

The middle two movements find the young Mendelssohn rethinking traditional precedents.  Structurally, the slow movement, built on an elegantly flowing melody fuses sonata form with that of a variation movement, each variation presenting new light on the theme.  The brisk Menuetto has much of the character of a scherzo, echoing the opening movement as it begins, then further developing the wind chorale idea in its trio, with gently supporting strings.  As it moves back towards a repeat of the opening, the trio, with its distinctive drumbeats, reveals its model in Beethoven’s Fifth.  Mendelsohn, curiously, replaced this highly effective and convincing movement, itself based on a movement from his C minor Viola Sonata of 1824, with a fresh orchestral arrangement of the scherzo from his Octet when he introduced the work to London in 1829.   The Menuetto, however, was played at the works première, in the Leipzig Gewandhaus, March 31, 1824 and was retained when the symphony was published ten years later.  The finale returns to the restless energy of the opening movement, with a strikingly original turn for a contrasting second theme over hushed pizzicato chords from the strings.  Some highly effective fugal writing in two passages reflect the diligence with which young composer had already honed his fugal skills in the earlier sinfonias.  It contributes to the overall display of craft, energy and confidence that Mendelssohn reveals in his first published symphony.

Notes de programme en français

JOSEPH HAYDN
Né à Rohrau en Basse-Autriche, le 31 mars 1732; mort à Vienne, le 31 mai 1809
Symphonie no.83 en sol mineur « La poule » (1785-6)

Peu de gens auraient pu se douter de la place centrale que la symphonie occuperait au sein de l’art occidental quand Haydn commença à composer des symphonies en 1759. À l’époque, il n’y avait pas grand-chose qui distinguait la symphonie de l’ouverture d’opéra ou du prélude, en fait, ils étaient interchangeables. Pourtant, à peine un quart de siècle plus tard, Mozart avait déjà dédié plusieurs de ses chefs-d’œuvre au genre symphonique et Haydn était sur le point de prendre la plume pour composer une série de six symphonies pour Paris. La symphonie classique était devenue le centre de la musique instrumentale et Haydn en était la figure la plus célèbre, reconnu à travers l’Europe. Quoique Haydn n’ait jamais visité Paris, Paris connaissait un bon nombre de ses symphonies. Par ailleurs, plusieurs symphonies étaient vendues, faussement, sous le nom de Haydn par des pirates de la publication. En 1784 ou 5, six nouvelles symphonies furent commandées par un aristocrate parisien, le comte d’Ogny, pour une série de concerts fondée par un groupe de tête des franc-massons libéraux. Le Concert de la Loge Olympique était une organisation prestigieuse et prospère qui comptait 40 violons et 10 contrebasses, ce qui représente trois fois le nombre de musiciens que Haydn avait à Esterháza. Ils donnaient des prestations en vestons bleu clair, avec des épées dans leurs fourreaux. Le cachet offert pour le prestige de commander une série de symphonies par le célèbre compositeur était sans précédent.

L’organisation offrit 25 louis d’or à Haydn pour chacune des six symphonies, soit cinq fois plus que le montant qu’ils avaient l’habitude de payer, en plus de cinq pièces d’or pour l’acquisition des droits de publication. Ceci équivaut à 60 000 $ par symphonie (calculation faite il y a de cela un quart de siècle). Le modeste compositeur, qui portait le titre de Kapellmeister pour les Esterházy, n’avait jamais obtenu une telle fortune, sans compter les concerts bien payés que Haydn donna à Londres quelques années plus tard.

La symphonie no.83 en sol mineur, surnommée « La poule », était la première des six symphonies pour Paris quand elles furent imprimées par la maison de publication parisienne Imbault, après leur première représentation en 1787. La symphonie débute par une série de motifs mélodiques à caractère très urgent, ponctués par des silences dramatiques. Ces motifs sont composés de quatre notes montant en arpège suivies par la figure rythmique de croche pointée double qui revient durant tout le premier mouvement. En revanche, le second thème, traditionnel à l’ouverture du premier mouvement d’une symphonie, est joueur et comique, presque propre à un opera buffa à caractère léger de l’époque. Sa mélodie dansante donnée aux violons et enguirlandée d’ornements est accompagnée par la mélodie obstinée de notes répétées au hautbois et lui valent son surnom, du moins d’après les oreilles de parisiens du 19e siècle. Toutes ces idées musicales sont revisitées à l’envers et entendues en contrepoint renversable au fur et à mesure que Haydn développe la musique, le tout menant éventuellement à une tonalité majeure. L’incroyable mouvement lent qui suit est aussi basé sur la structure de la forme sonate du premier mouvement et tire des idées de ce dernier, tout en explorant ces idées sous une nouvelle lumière. Le menuet et trio tourne de la grâce courtoise à l’humour rustique, comme un Ländler. Le finale retrouve la forme sonate, maintenant avec un seul et unique thème qui démontre une certaine bravade et virtuosité. Haydn nous livre une gigue vive, toujours avec humour, par moyens de changements de tonalité brusques et imprévus. Vers la fin du mouvement, Haydn nous donne une parodie des silences dramatiques du tout début de la symphonie qui ajoutent à la tension dramatique.

Malgré son surnom gauche, « La poule » est l’une des meilleures symphonies de Haydn. Le jeune compositeur Luigi Cherubini était l’un des premiers instrumentistes à chanter les louanges de cette œuvre en commentant sur l’enthousiasme non seulement de l’audience mais aussi des critiques lors de sa première représentation à Paris.

FELIX MENDELSSOHN
Né à Hambourg en Allemagne, le 3 février 1809; mort à Leipzig, le 4 novembre 1847
Symphonie op.11 no.1 en do mineur (1824)

La symphonie no.1 en do mineur est l’une de seulement trois symphonies que Mendelssohn a consenti à publier durant sa vie. Cependant, ce n’était pas la première que le jeune compositeur avait écrit, même s’il n’avait que 15 ans. Durant les années 1821-3, le précoce et travailleur jeune musicien complétait un stage avec des ensembles à cordes nommées Sinfonias pour trouver sa voix musicale en explorant les modèles de musique baroque et classique du 18e siècle. Ces sinfonias, prévues pour les concerts en famille du dimanche après-midi à Berlin, n’étaient qu’une portion des centaines de compositions du jeune compositeur qui comprenaient tous les genres, même l’opéra. Dans l’une de ses lettres à son ami Goethe,  le professeur Carl Zelter décris ses élèves Felix et sa sœur Fanny comme de « petites abeilles diligentes amassant leur miel. »  Goethe avait déjà placé sur les épaules de Mendelssohn le lourd fardeau de devenir le successeur de Mozart. Selon le biographe et érudit R. Larry Todd, les sinfonias du jeune Mendelssohn et plusieurs autres de ses compositions de l’époque « dévoilent le journal musical d’un prodige comparable à peu d’autres compositeurs européens. »

Initialement, Mendelssohn voyait la symphonie en do mineur comme une continuation de ses sinfonias. Le manuscrit porte le numéro XIII et l’œuvre est, de plusieurs manières, l’entrée de Mendelssohn dans la musique de son époque, par l’entremise des structures symphoniques établies par Haydn, les symphonies de Mozart et de Beethoven, ainsi que la musique de Weber. De chacun, le jeune Mendelssohn tira des techniques de composition et d’orchestration qu’il fut capable d’incorporer en un tout convainquant. La symphonie en do mineur fut composée avant que le vrai génie de Mendelssohn ait eu la chance de se dévoiler, comme dans l’Octuor et l’ouverture du « Songe d’une nuit d’été. » L’utilisation de la tonalité de do mineur par Mendelssohn n’évoque pas la même urgence et tragédie que dans la symphonie en do mineur (no.5) de Beethoven, mais davantage un exubérant premier mouvement, rempli de gestes enflammés, d’arpèges montantes, et de gammes flamboyantes. Un chœur d’instruments à vent mène à un second thème lyrique et presqu’opératique. Mendelssohn continue d’explorer adroitement la multitude d’idées générées préalablement jusqu’à la culmination d’une coda expérimentale et extrêmement inventive, acclamée par de longues notes tenues chez les cors et le chœur de vents.

Dans les deux mouvements au centre de l’œuvre, le jeune Mendelssohn repense les traditions passées. Du point de vue de la structure, le mouvement lent, basé sur une mélodie élégante et fluide, fusionne la forme sonate avec celle d’un mouvement à variations, où le thème de chaque variation est présenté sous une nouvelle lumière. Le vif Menuetto a beaucoup de caractéristiques du scherzo, et offre un écho de l’ouverture du premier mouvement, puis développe l’idée du chœur de vents dans le trio, avec le support délicat des cordes. Juste avant d’arriver à la répétition du Menuetto, Mendelssohn introduit un motif rythmique de timbales, modelé d’après la 5e symphonie de Beethoven. Curieusement, Mendelssohn remplaça ce convainquant mouvement, lui-même basé sur un mouvement de sa sonate pour alto en do mineur datant de 1824, par une orchestration du scherzo de son octuor au moment de la présentation de l’œuvre à Londres en 1829. Cependant, le Menuetto fut présenté lors de la première représentation de l’œuvre à la Gewandhaus de Leipzig le 31 mars 1824, et fut choisi quand la symphonie fut publiée dix ans plus tard. Le finale est un retour au caractère inépuisablement énergique du premier mouvement, avec un second thème contrastant et original donné aux cordes avec des pizzicatos feutrés. La fugue qui suit reflète la diligence du jeune compositeur, ayant déjà maîtrisé l’écriture fugale dans les sinfonias précédentes. Tous ces éléments nous montrent l’énergie, la confiance, et l’aise avec lesquelles Mendelssohn composa sa première symphonie publiée.

©2020 Keith Horner
All program notes are written by Keith Horner.  Comments welcomed: khnotes@sympatico.ca
Notes de programmes © Keith Horner 2020. Commentaires appréciés : khnotes@sympatico.ca
Traduction : Bénédicte Lauzière